J'accepte les cookies de ce site

Nous utilisons les cookies pour améliorer la qualité de ce site. Pour en savoir plus sur les cookies, veuillez lire nos Principes sur les Cookies. Si vous continuez sans changer vos paramètres concernant les cookies, vous acceptez cette utilisation mais, si vous le voulez, vous pouvez trouver les informations dans nos Principes sur les Cookies pour savoir comment effacer les cookies en modifiant vos réglages.

Gestion des blessures

Commotion cérébrale

La commotion cérébrale doit être prise très au sérieux pour préserver la santé à long terme des joueurs. Une commotion peut être provoquée par un coup direct à la tête mais également si la force de collision d’un coup à une autre parties du corps est transmise au cerveau. Une commotion n’est pas toujours associée à une perte de connaissance.

La commotion implique beaucoup de symptômes et signes différents dont beaucoup sont indiqués dans les Directives de World Rugby sur la Commotion à : playerwlfare.worldrugby.org/concussion.

Les symptômes communs comprennent une mauvaise concentration, perte de mémoire et problèmes d’équilibre. L’Outil de poche pour la reconnaissance de commotion (voir ci-dessous) peut aider l’identification de la commotion.

Si un joueur est suspecté d’avoir subi une commotion, il devrait être sorti du champ de jeu et ne pas être autorisé à retourner sur le terrain.

Si un joueur qui a subi une commotion continue de jouer, il prend le risque de subir une blessure plus grave et désavantagera également son équipe parce qu’il aura du mal à suivre le jeu qui se déroule autour de lui.

Les jeunes joueurs sont plus susceptibles de subir des complications neurologiques rares et dangereuses, y compris un décès provoqué par un second si le joueur avait déjà une commotion ou n’était pas entièrement rétabli.

Tout joueur évacué du terrain à cause d’une suspicion de commotion devrait être examiné par un professionnel de la santé. Il ne devrait pas être autorisé à conduire un véhicule motorisé. La reprise du jeu devrait suivre une approche progressive, comme celle décrite dans les Directives de World Rugby sur la Commotion.



OUTIL DE POCHE Reconnaitre une commotion

Pour aider à identifier la commotion auprès des enfants, jeunes et adultes


RECONNAITRE ET SORTIR DU TERRAIN

Une commotion devrait être suspectée en cas de présence d’au moins un des indices, signes, symptômes suivants ou erreurs dans les questions de mémoire.


1. Les indices visibles d’une suspicion de commotion

Au moins un des indices visuels suivants peut signifier une possible commotion :

Perte de connaissance ou de réaction
Allongé au sol, immobile / Lent pour se relever
Instable sur ses pieds/problèmes d’équilibre ou chute/Perte de coordination
Se tient la tête
Expression stupéfiée, yeux hagards ou dans le vide
Confusion/Pas au courant du jeu ou des événements


2. Signes et symptômes pour une suspicion de commotion

La présence d’au moins un signes et symptômes suivants peut signifier une commotion :

  • Perte de connaissance
  • Attaque ou convulsion
  • Problèmes d’équilibre
  • Nausée ou vomissement
  • Somnolence
  • Plus émotionnel
  • Irritabilité
  • Tristesse
  • Fatigue ou manque d’énergie
  • Nervosité ou anxiété
  • « Sensation de ne pas être bien »
  • Difficulté à se concentrer
  • Mal de tête
  • Vertiges
  • Confusion
  • Impression de ralentissement
  • « Pression à la tête »
  • Troubles visuels
  • Sensibilité à la lumière
  • Amnésie
  • Impression d’être « dans le brouillard »
  • Douleur au cou
  • Sensibilité au bruit
  • Troubles de mémoire

3. Fonction mémorielle

Ne pas répondre correctement à l’une de ces questions peut suggérer une commotion.

« Dans quel stade sommes-nous aujourd’hui ? »
« Sommes-nous maintenant en première ou deuxième mi-temps ? »
« Quelle équipe a marqué en dernier dans ce match ? »
« Contre qui as-tu joué la semaine dernière/le dernier match ? »
« Est-ce que ton équipe a gagné son dernier match ? »


Tout joueur suspecté d’avoir subi une commotion cérébrale devrait être IMMÉDIATEMENT SORTI DU JEU, et ne pas rejouer avant d’avoir été médicalement examiné. Un joueur suspecté d’avoir subi une commotion cérébrale ne devrait pas être laissé seul ni conduire de véhicule motorisé.

Il est recommandé, dans tous les cas de suspicion de commotion, que le joueur consulte un professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic et un avis sur les décisions de reprise du jeu, même si les symptômes ont disparu.


DRAPEAUX ROUGES

Si UN des comportements ci-après est détecté, le joueur doit être immédiatement évacué du terrain en prenant les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité. Si aucun professionnel médical qualifié n'est présent, il faut envisager un transport par ambulance pour un examen médical d'urgence :

- Le joueur se plaint de fortes douleurs au cou
- Confusion ou irritabilité accrue
- Vomissements répétés
- Convulsion
- Faiblesses ou picotements dans les bras ou les jambes
- Perte progressive de conscience
- Mal de tête sévère ou qui s’empire
- Changement inhabituel de comportement
- Vision double

Se rappeler :
  • Les principes de base des premiers soins (danger, réponse, voies respiratoires, respiration, circulation) doivent être suivis dans tous les cas.
  • Ne pas tenter de bouger le joueur (sauf pour dégager les voies respiratoires) à moins d'avoir été formé à cela.
  • Ne pas retirer le casque (le cas échéant) à moins d'avoir été formé à cela.

McCrory et. al, Consensus Statement on Concussion in Sport. Br J Sports Med 47 (5), 2013

© 2013 Concussion in Sport Group

Télécharger l’Outil de poche pour la reconnaissance de Commotion en format Adobe PDF